Pearson

FAQ "PSYCHODIAGNOSTIC DE RORSCHACH"

  1. Qu'est-ce qu'un test projectif ?
  2. Combien y a-t-il de planches ?
  3. Faut-il proposer l’intégralité des planches au sujet pour que le test soit valide ?
  4. A partir de quel âge peut-on proposer le test du Rorschach ?
  5. Qu’est-ce qu’un psychogramme ?
  6. A quoi correspondent les différentes feuilles de dépouillement ?
  7. A quoi correspondent les différents manuels ?
  8. Qu’obtient-on avec le CD-ROM de corrections ?
  9. Quelles sont les origines du Rorschach?
  10. Quels sont les objectifs répondant à une passation de Rorschach ?



Qu'est-ce qu'un test projectif ?


La spécificité des épreuves projectives réside dans l’aspect à la fois concret et ambigu du matériel, et dans la sollicitation d’associations verbales à partir de ce même matériel : elles font ainsi appel à des réponses libres tout en se référant à un matériel défini et standardisé.
Le matériel projectif produit une double sollicitation : une sollicitation perceptive (où l’on évalue l’adaptation à la réalité objective) et une sollicitation projective (où l’on considère les réponses comme l’expression de l’individualité du sujet).



Combien y a-t-il de planches ?


Le test du Rorschach comprend au total 10 planches, qui se présentent toujours dans le même ordre.
Les planches I, IV, V, VI et VII sont en noir & blanc ; alors que les planches II, III, VIII, IX et X comprennent des tâches en couleur.



Faut-il proposer l’intégralité des planches au sujet pour que le test soit valide ?


Oui, il faut pour chaque passation proposer les planches I à X du Rorschach. En effet, afin de réaliser les calculs du psychogramme, l’intégralité des planches doit avoir été cotée. De plus, en référence à l’approche psychanalytique, à chaque planche du Rorschach est associée une sollicitation latente particulière : l’analyse de l’aspect symbolique des planches, tel qu’il apparait dans le discours du sujet et dans la succession des réponses, facilite l’interprétation de la projection et permet d’approcher la façon  qu’a le sujet de traiter son expérience.



A partir de quel âge peut-on proposer le test du Rorschach ?


Le test du Rorschach est tant adapté pour les enfants et adolescents que pour les adultes.
L’ouvrage de J. Blomart, Le Rorschach chez l’enfant et l’adolescent, permet ainsi d’analyser les protocoles de Rorschach des enfants à partir de 8 ans et des adolescents.



Qu’est-ce qu’un psychogramme ?


Le psychogramme permet la représentation graphique des résultats au test du Rorschach, dans un but de synthèse des données recueillies.
Dans un second temps, l’intérêt de la démarche d’analyse réside dans la confrontation des facteurs qualitatifs (obtenus hors cotation) et quantitatifs mis en évidence par le psychogramme. Ceci favorise l’appréciation des conduites dominantes dans le fonctionnement psychique du sujet.



A quoi correspondent les différentes feuilles de dépouillement ?


Il existe trois feuilles de dépouillement pour le test du Rorschach, chacune permettant un angle d’approche particulier :

  • La feuille de dépouillement de C. Beizmann :

La 1ère  page comprend un espace réservé au résumé anamnestique et aux résultats obtenus à d’autres tests. Les pages 2 et 3 comprennent un tableau de relevé des cotations. La page 4 comprend un tableau récapitulatif des cotations ainsi que les différents calculs à effectuer. On trouve également un espace réservé aux observations du comportement et une analyse du psychogramme. Les deux dernières pages sont réservées aux hypothèses à formuler.

  • La feuille de dépouillement de G. Gatier et M. Canivet :

Celle-ci diffère essentiellement de la feuille de dépouillement de C. Beizmann par la présence d’un graphique relatif au psychogramme ainsi que la reproduction miniature des planches.

  • La feuille de dépouillement de G. Cognet :

Elle comporte une reproduction miniature des planches, et comprend un espace destiné à noter les réponses du sujet durant la passation et l’enquête. On y trouve également une feuille où sont indiquées les formules nécessaires aux calculs du psychogramme.



A quoi correspondent les différents manuels ?

  • Le manuel de C. Beizmann :

Relatif aux feuilles de cotation du même auteur, ce manuel propose une mise en évidence de la cotation du protocole, de l’analyse du psychogramme et de la nomenclature.

  • Le Livret de Cotation des Formes dans le Rorschach de C. Beizmann :

Cet ouvrage propose une mise en évidence de la qualité formelle des réponses données au test par le sujet. Il reprend donc les critères de la qualité formelle mais également une liste de mode de classement des réponses.

  • Le manuel de G. Gatier :

Ce manuel dit Psychodiagnostic de Rorschach explique l’utilisation de la feuille de dépouillement proposée par ces auteurs.



Qu’obtient-on avec le CD-ROM de corrections ?


Ce CD-ROM permet, à partir des réponses cotées par le psychologue selon la méthode française psychanalytique, l’édition du psychogramme. Les résultats obtenus sont accompagnés de commentaires qualitatifs succincts.



Quelles sont les origines du Rorschach?


Hermann Rorschach (1884-1922), psychiatre et psychanalyste suisse, publia en 1922 le test projectif du Psychodiagnostik, création pictographique de 10 planches reproduisant chacune une tâche d’encre. Il découvre ainsi que la perception visuelle est influencée par la personnalité.
David Lévy enseignera le Test d’interprétation des formes en 1927 à Samuel Beck, qui entreprendra une importante standardisation du test et le renommera « Test de Rorschach » en 1930.



Quels sont les objectifs répondant à une passation de Rorschach ?


Le test du Rorschach répond toujours à trois objectifs tant spécifiques que complémentaires :

  • La description approfondie et l’explication du fonctionnement psychique du sujet afin de pouvoir établir un diagnostic psychologique.
     
  • La proposition de pistes thérapeutiques adaptées à l’ensemble des caractéristiques du sujet afin de dégager des possibilités psychothérapeutiques optimales.
     
  • L’établissement d’une information utile et restituable répondant à l’intérêt du sujet.